Rechercher

Entre deux mondes (Olivier Norek)

note: 4Entre deux mondes )Olivier Norek) Frédérique-Bibliothécaire - 19 octobre 2018

L'un de mes gros coups de cœur 2018!
Un roman policier éprouvant et réaliste, mais juste et maîtrisé. Des personnages réussis sans en faire des tonnes; le style concis de Norek dit beaucoup sans tomber dans le gore ou la surenchère (la réalité des faits suffit).
Le sujet, délicat, est en même temps d'actualité.
Une réussite!

La vraie recette de l'amour (Agnès LAROCHE)

note: 4Un best-seller chez les 8-10 ans Frédérique-Bibliothécaire - 25 juillet 2018

Ce roman d'A. Laroche a remporté un joli succès auprès de nos nos jeunes lecteurs et de leurs parents.
Oriana, Victor et d'autres pourront vous le dire: ils ont adoré!
Une recette qui fait mouche: de la cuisine, de l'amitié et beaucoup d'amour, le tout mitonné par un auteur qui sait mêler humour et art de raconter.

Une longue impatience (Gaëlle Josse)

note: 4L'attente d'une mère veronique - 20 février 2018

La douleur d'une mère après le départ de son fils.
La Bretagne, la vie de marin, racontés par la très belle écriture de Gaëlle Josse

Roland est mort (Nicolas Robin)

note: 4Cocasse veronique - 4 août 2017

Drôle et pathétique à la fois

Wonder (PALACIO R.J.)

note: 4Bouleversant... veronique - 25 juillet 2015

" Je m'appelle August. Je ne me décrirai pas. Quoi que vous imaginiez, c'est sans doute pire. " Né avec une malformation faciale, August, dix ans, n'est jamais allé à l'école. Aujourd'hui, pour la première fois, ses parents l'envoient au collège.

AccueilRichard Burton

Richard Burton

 
Richard Burton. Source: Wikipedia

Richard Burton, né Richard Jenkins le à Pontrhydyfen (Pays de Galles) et mort le à Céligny (Suisse), est un acteur britannique.

Biographie

Douzième des treize enfants de Richard Walter Jenkins (1876-1957) et d'Edith Thomas (1883-1927), il grandit dans une communauté de mineurs de confession presbytérienne, où le gallois est la langue d'usage. La mère de Richard Burton meurt d'une fièvre puerpérale en donnant le jour à Graham (1927-2015). Sa sœur aînée, Cecilia, prend soin de lui et l'élève avec son mari, Elfed James. Toute sa vie, Richard Burton restera très proche de son deuxième frère aîné, Ifor Jenkins (1906-1972), dont la mort le laissera désemparé et le précipitera dans l'alcoolisme.

Très bon élève, Richard se passionne pour la poésie et l'écriture. Mais, à l'âge de seize ans, il est forcé d'arrêter l'école et de trouver un travail. Son ancien professeur, Philip Burton (1904-1995), qui reconnaît son talent et l'encourage à perdre son accent gallois, l'adopte légalement et lui permet de retourner étudier. Richard prend alors le nom de son père adoptif – d'abord comme nom d'usage, puis en changeant légalement son état-civil –, devenant Richard Burton. En 1943, il est autorisé à entrer pour six mois au Collège d'Exeter, au sein de la prestigieuse Université d'Oxford, parce qu'il appartient à la Royal Air Force.

Son rôle en 1952 dans Ma cousine Rachel, de Henry Koster, lui vaut une nomination aux Oscars et la célébrité. En 1954, il débute à la radio en tant que narrateur de Under Milk Wood, de Dylan Thomas (1914-1953), son poète favori et son ami. Il reprendra ce rôle au cinéma vingt ans plus tard. Au cours du tournage de Cléopâtre, où il joue Marc-Antoine, Richard rencontre Elizabeth Taylor, avec laquelle il commence une liaison orageuse et médiatisée. Ils se marient et jouent ensemble dans d'autres films, dont La Mégère apprivoisée de Franco Zeffirelli, Qui a peur de Virginia Woolf ? de Mike Nichols. Ils divorcent, se remarient pour divorcer encore.

Alignant un certain nombre d'échecs dans les années 1970, Richard Burton effectue un des plus incroyables retours au sommet du box-office international avec le triomphe du film Les Oies sauvages. Ce succès vaut à son producteur Euan Lloyd d'être très vite sollicité pour mettre en chantier une suite, mais il préférera se lancer dans l'aventure du Le Commando de sa Majesté (The Sea Wolves) toujours avec Richard et encore Roger Moore, car ils s'étaient entendus à merveille sur le tournage des Oies sauvages (la présence de Roger Moore dans l'avant-dernière scène du film est une idée de Richard), mais il se retirera finalement du projet à la demande de son épouse de l'époque (il sera remplacé par Gregory Peck).

En , après avoir été opéré à Santa Monica du dos, dont il souffrait depuis de nombreuses années, il donne au National Enquirer une interview où il déclare : Je suis fatigué, je souffre souvent. Je peux difficilement soulever un verre. Je dois le tenir à deux mains, et mes mains tremblent. Je peux enlever seul mon manteau mais non le remettre. Je suis partiellement aveugle de l'œil droit. Mes bras et mes jambes sont considérablement amaigris. En fait, j'ai perdu du poids partout et, parfois je me dis que je pourrais mourir demain. J'ai 56 ans et je n'ai pas peur de la mort. Elle serait même plutôt bienvenue. Je me donne tout au plus cinq ans à vivre si j'ai beaucoup de chance.

Le , alors qu'il doit s'envoler le lendemain vers Berlin pour le tournage du film Les Oies sauvages 2, Richard Burton meurt subitement d'une hémorragie cérébrale à Céligny (canton de Genève), où ont lieu ses funérailles. Il est enterré dans le vieux cimetière de Céligny, à côté de l'écrivain écossais Alistair MacLean,.

Le tournage de 1984 s'est déroulé à Londres d'avril à , quelques jours avant sa mort.

Vie privée

Insomniaque, alcoolique, gros fumeur, coureur de jupons invétéré, Richard Burton se marie cinq fois, dont deux fois avec l'actrice Elizabeth Taylor.

  • Le , il épouse Sybil Williams (née le et morte le ), dont il a deux filles :
    • Kate Burton, née le , actrice ;
    • Jessica Burton, née en 1960, handicapée, elle est autiste.
  • Le , il divorce pour épouser sa maîtresse Elizabeth Taylor le . Ils adoptent une fille, Maria, née en Allemagne en 1961. Après un premier divorce prononcé le , ils se remarient le et divorcent à nouveau le . Leur relation tumultueuse est marquée par les coups, les blessures et l'alcool.
  • De 1976 à 1982, il est marié à Susan Miller Hunt, mannequin et épouse en premières noces de James Hunt (1947-1993), pilote de Formule 1 et champion du Monde en 1976. Le mariage se solde également par un divorce.
  • Le , il épouse Sally Hay (née le ) qui partage sa vie jusqu'à sa mort.

Des problèmes de dos l'obligent à subir une opération de la colonne vertébrale au début de 1984, mais cela ne reporte pas le tournage de son dernier film Les Oies sauvages 2 dont le premier tour de manivelle est maintenu début août à Berlin. Cela occasionne cependant quelques remaniements minimes dans le scénario.

D'après la sœur de Richard, l'acteur était à cette époque-là (1984) dans une forme éblouissante, comme l'attestent les images de son tout dernier rôle, une participation exceptionnelle dans une mini-série TV de prestige : Ellis Island, les portes de l'espoir avec Faye Dunaway et sa fille Kate dans les rôles principaux. Ce tournage a eu lieu moins d'un mois avant la disparition de Richard Burton.

Filmographie

  • 1949 : The Last Days of Dolwyn (The Last Days of Dolwyn) d'Emlyn Williams
  • 1949 : Now Barabbas (Now Barabbas was a Robber) de Gordon Parry
  • 1950 : La Femme sans nom (The Woman with No Name) de Ladislao Vajda
  • 1950 : Waterfront (Waterfront) de Michael Anderson
  • 1951 : Green Grow the Rushes (Green Grow the Rushes) de Derek Twist
  • 1952 : Ma cousine Rachel (My Cousin Rachel) de Henry Koster
  • 1953 : Les Rats du désert (The Desert Rats) de Robert Wise
  • 1953 : La Tunique (The Robe) de Henry Koster
  • 1955 : La Mousson (The Rains of Ranchipur) de Jean Negulesco
  • 1955 : Prince of players (Prince of Players) de Philip Dunne
  • 1956 : Alexandre le Grand (Alexander the great) de Robert Rossen
  • 1957 : Amère Victoire (Bitter Victory) de Nicholas Ray
  • 1957 : L'Épouse de la mer (Sea Wife) de Bob McNaught
  • 1959 : Les Corps sauvages (Look Back in Anger) de Tony Richardson
  • 1959 : Le Songe d'une nuit d'été (Sen noci svatojánské) de Jiří Trnka
  • 1960 : Le Buisson ardent (The Bramble Bush) de Daniel Petrie
  • 1960 : Les Aventuriers (Ice Palace) de Vincent Sherman
  • 1962 : Le Jour le plus long (The Longest Day) de Ken Annakin
  • 1963 : Cléopâtre (Cleopatra) de Joseph L. Mankiewicz
  • 1963 : Hôtel International (The VIPs) d'Anthony Asquith
  • 1964 : Zoulou (Zulu) de Cy Endfield
  • 1964 : Becket de Peter Glenville
  • 1964 : La Nuit de l'iguane (The Night of the Iguana) de John Huston
  • 1964 : Hamlet de Bill Colleran et John Gielgud
  • 1965 : Le Chevalier des sables (The Sandpiper) de Vincente Minnelli
  • 1965 : L'Espion qui venait du froid (The Spy who came in from the Cold) de Martin Ritt
  • 1965 : Quoi de neuf, Pussycat ? (What's new, Pussycat?) de Clive Donner
  • 1966 : Qui a peur de Virginia Woolf ? (Who's afraid of Virginia Woolf ?) de Mike Nichols
  • 1967 : Les Comédiens (The Comedians) de Peter Glenville
  • 1967 : Doctor Faustus (Doctor Faustus) de Nevill Coghill et Richard Burton
  • 1967 : La Mégère apprivoisée (The Taming of the Shrew) de Franco Zeffirelli
  • 1968 : Boom ! (Boom) de Joseph Losey
  • 1968 : Candy (Candy) de Christian Marquand
  • 1968 : Quand les aigles attaquent (Where Eagles Dare) de Brian G. Hutton
  • 1969 : Anne des mille jours (Anne of the Thousand Days) de Charles Jarrott
  • 1969 : L'Escalier (Staircase) de Stanley Donen
  • 1971 : Le Cinquième Commando (Raid on Rommel) de Henry Hathaway
  • 1971 : Salaud (Villain) de Michael Tuchner
  • 1972 : Under Milk Wood d'Andrew Sinclair
  • 1972 : L'Assassinat de Trotsky (The Assassination of Trotsky) de Joseph Losey
  • 1972 : Barbe-Bleue (Bluebeard) d'Edward Dmytryk
  • 1972 : Hammersmith Is Out de Peter Ustinov
  • 1973 : Divorce (Divorce His, Divorce Hers) (téléfilm) de Waris Hussein
  • 1973 : La Cinquième Offensive (Sutjeska) de Stipe Delic
  • 1973 : SS Représailles (Massacre in Rome) de George P. Cosmatos
  • 1974 : L'Homme du clan (The Klansman) de Terence Young
  • 1974 : Le Voyage (Il Viaggio) de Vittorio De Sica
  • 1977 : L'Exorciste 2 : L'Hérétique (Exorcist II : The Heretic) de John Boorman
  • 1977 : Equus de Sidney Lumet
  • 1978 : Absolution (en) (Absolution) d'Anthony Page
  • 1978 : La Percée d'Avranches (Sergeant Steiner) d'Andrew V. McLaglen
  • 1978 : La Grande Menace (The Medusa Touch) de Jack Gold
  • 1978 : Les Oies sauvages (The Wild Geese) d'Andrew V. McLaglen
  • 1980 : Circle of Two (en) de Jules Dassin
  • 1981 : Lovespell de Tom Donovan
  • 1983 : Wagner de Tony Palmer
  • 1984 : 1984 de Michael Radford, O'Brien
  • 1984 : Ellis Island, les portes de l'espoir (mini-série télévisée, titre original : Ellis Island) de Jerry London
  • début des années 1980 : un épisode de la série TV US L'Homme qui tombe à pic, dans son propre rôle et dans un train.

Théâtre

  • 1943 : Druid's Rest d'Emlyn Williams
  • 1944 : Mesure for Mesure de Nevill Coghill
  • 1948 : Castle Anna de Daphne Rye
  • 1949 : The Lady’s not for Burning de John Gielgud
  • 1950 : The Boy With a Cart de John Gielgud
  • 1950 : A Phoenix too Frequent de Christopher Fry
  • 1950 : The Lady’s not for Burning de John Gielgud
  • 1951 : Henry IV d'Anthony Quayle
  • 1951 : Henry V d'Anthony Quayle
  • 1951 : The Tempest de Michael Benthall
  • 1951 : Legend of Lovers de Peter Ashmore
  • 1952 : Montserrat de Michael Benthall
  • 1953 : Hamlet de Michael Benthall
  • 1953 : Coriolanus de Michael Benthall
  • 1953 : Hamlet de Michael Benthall
  • 1953 : King John de George Devine
  • 1953 : The Tampest de Robert Helpmann
  • 1953 : Twelfth Night de Michael Benthall
  • 1955 : Henry V de Michael Benthall
  • 1956 : Othello de Denis Carey
  • 1957 : Time Remembered d'Albert Marre
  • 1960 : Camelot de Moss Hart
  • 1964 : Hamlet de John Gielgud
  • 1966 : Doctor Faustus de Nevill Coghill
  • 1970 : Equus de John Dexter
  • 1980 : Camelot de Frank Dunlop
  • 1983 : Private Lives de Milton Katselas

Discographie

  • 1978 : Jeff Wayne's Musical Version of The War of The Worlds

Distinctions

Richard Burton a été nommé sept fois pour un Oscar, mais il n'en a remporté aucun.

Tout d'abord, il a été nommé en 1952 dans la catégorie meilleur acteur dans un second rôle pour sa prestation dans Ma cousine Rachel. Puis, il a été nommé six fois dans la catégorie meilleur acteur : en 1953 pour La Tunique, en 1964 pour Becket, en 1965 pour L'Espion qui venait du froid, en 1966 pour Qui a peur de Virginia Woolf ?, en 1969 pour Anne des mille jours et enfin en 1977 pour Equus.

Voix françaises

Jean-Claude Michel et André Falcon furent les deux voix françaises régulières en alternance de Richard Burton. D'autres comédiens tels que Michel Gatineau et Gabriel Cattand ont également eu l'occasion de doubler Burton.

Notes et références

Voir aussi

Liens externes

  • (en) Site officiel
  • (en) Richard Burton sur l’Internet Movie Database
  • Richard Burton sur Allociné
  • Portail du cinéma britannique
  • Portail du Royaume-Uni
  • Portail du pays de Galles

Ce contenu est mis à disposition selon les termes de Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Richard Burton de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

DVD

Afficher "1984"